• Amélie Breuil

Ce que je retiens de ces 2 années en freelance

L’Agence Ilargia a fêté le 10 novembre ses 2 années d’existence !


Il y a deux ans, après la fin de mon contrat en tant qu’ «Image Leader» chez Decathlon, je me décidais à lancer mon auto-entreprise de graphiste (et Community manager, à l’époque !). Un grand saut dans l’inconnu, qui en a largement valut la peine …

Tout n’est clairement pas tout beau tout rose dans l’entreprenariat, MAIS c’est une très belle école, pour se former soi-même professionnellement et personnellement.

J’ai beaucoup grandi ces 2 dernières années, et beaucoup appris.


Aujourd’hui, j’avais envie de vous partager ce que je retiens de ces 2 années en freelance, quelles sont les leçons que je retiens, quelles sont les choses que j’aurais aimé réaliser plus tôt, etc etc…


On y va, c’est parti ?


Ne te compares pas à des personnes qui ont plus d’expérience que toi


Dans le monde de l’entreprenariat d’aujourd’hui, on est sans cesse confrontés au travail des autres, aux réussites des autres, aux progrès des autres. Et parfois, il est vrai que ça donne un peu le tournis, l’impression de ne pas aller assez vite, de ne pas travailler assez, de ne pas avoir assez de résultats…

Mais l’important, ce n’est pas les autres, c’est nous, c’est toi !


Tu ne peux pas te comparer à des personnes qui ont 6 mois, 2 ans, ou 5 ans d’expérience de plus que toi ! Déjà, parce que se comparer aux autres n’est jamais une bonne chose, mais en plus parce que cette comparaison ne sera jamais équitable !


La seule comparaison qui pourrait être «valable», et de comparer à expérience équivalente.

Toutes les personnes que tu admires, qui t’impressionnes, dont tu envies peut-être les résultats… elles ont commencé quelque part, elles aussi. Et quand elles avaient autant d’expérience que toi, tu ne sais probablement pas où elles en étaient !


Pour gagner de l’argent, il faut soigner ta relation avec l’argent


Bon, ce point, je ne suis pas sûre de le maîtriser encore totalement… Mais il est clair que pour faire marcher ton entreprise, pour faire du chiffre d’affaires, il faudra que tu entretiennes une bonne relation avec l’argent. Une relation saine, je veux dire.


Il faut que tu sois à l’aise avec le fait de gagner de l’argent, à l’aise avec le fait que ton travail ait de la valeur, et à l’aise avec le fait que tu mérites de gagner de l’argent !


Sans ça, il est facile de tomber dans le «bénévolat», ou de brader ses tarifs par peur de manquer de clients, de visibilité, de travail…


Là dessus, il y a bien aussi une chose que j’ai appris : concernant les tarifs, le plus important est d’être à l’aise avec. Même si l’on te dit que tes tarifs sont trop bas, que tu perds de l’argent, etc etc, si tu n’es pas à l’aise avec tes tarifs, tu n’arriveras pas à vendre. Pour moi, le plus important c’est donc de fixer des tarifs que tu estimes justes, et de les augmenter au fur et à mesure que tu t’améliores, que tu progresses et que tu gagnes en confiance !


Ne sois pas «trop» gentil


Avoir de bonnes relations avec ses clients, c’est super. Faire le maximum pour les satisfaire, c’est super. Mais il faut tout de même faire attention à bien poser des limites, et à ne pas «tout faire» pour se faire bien voir.

Personnellement, j’essaye toujours de faire en sorte que mes relations soient très bonnes avec mes clients. Mais j’ai pu, malheureusement, expérimenter qu’en étant trop «copine» avec mes client.e.s, ceux-ci/celles-ci avaient un peu tendance à en abuser, à demander toujours plus, sans limites…

Bien s’entendre est donc une très bonne chose, mais je pense qu’il ne faut jamais oublier le cadre professionnel, et veiller à conserver certaines limites et une certaine distance.


Concentres-toi sur une seule chose plutôt que de t’éparpiller


Alors ça… on aura beau l’entendre 100 fois, ça ne suffira toujours pas à l’intégrer pas vrai ?

Il ne faut «courir qu’un lièvre à la fois» (j’adore les vieilles expressions, désolée…). En étant entrepreneur, indépendant, freelance.. biensûr, on a 1000 idées à la minute, parfois. 1000 solutions pour permettre à notre activité de grandir et de se développer.


Et pourtant, il faut savoir prioriser !! Parce qu’à se lancer dans toutes les directions, on avance vraiment sur aucune… Il est important de discerner ce qui est vraiment essentiel, ce qui va avoir un impact là tout de suite, et de garder le reste pour plus tard, pour des moments plus creux, ou pour le jour où d’autres personnes seront en mesure de travailler avec nous.

C’est difficile, encore une fois on a un peu tendance à avoir envie de faire les mêmes choses que les autres, suivre les tendances, répliquer les actions qui marchent ailleurs… Mais une chose à la fois !!


Les échecs et les défaites sont les «meilleures»choses qui peuvent t’arriver


Bon ça, c’est clairement le genre de phrase un peu «développement personnel», qui ne parlera probablement pas à tout le monde, mais je développe quand même !


Avoir des échecs, c’est dur. Ça fait mal. Et en plus, on se retrouve seul face à ça, on ne peut pas réellement partager le poids ni la responsabilité de nos échecs. MAIS ! Chaque échec que tu feras t’apprendras une leçon. Encore une phrase bateau, désolée. Mais j’ai plein d’exemples pour te le prouver :

  • Une cliente ne te paye pas, tu vas mettre 6 mois à obtenir la totalité du paiement ? Tu blinderas tes CGV, prendras des acomptes pour ne plus que cela se reproduise.

  • Une cliente te demande sans cesses des modifications, tu ne t’en sors pas, n’arrive pas à finaliser le projet ? Tu amélioreras ton processus de travail, retravailleras ta méthode.

  • Tu estimes mal le coup d’un projet, tu es clairement perdant.e avec le devis que le client a signé ? Cela te servira à mieux tarifer tes prochains projets, tu ne referas plus cette même erreur.


Etc, etc, etc.

Je suis très heureuse de parfois m’être pris des murs. Parce que cela m’a montré les failles dans mon système, et cela m’a permis de voir comment les corriger.

Je te souhaite de faire plein d’erreurs, de te prendre quelques murs, de connaître quelques échecs. Je te le souhaite, car c’est principalement comme cela qu’on progresse !

Et plus tôt tu rencontreras ces problèmes, plus vite tu avanceras dans la bonne direction.

Sur ces sages paroles, je te remercie d’avoir lu cet article, et je te dis à très vite pour un nouvel article sur le bilan de cette deuxième année en freelance.

Amélie 🌷